La rencontre de Coralie et sa filleule en danse !

EulalieCaméléon Philippines, Témoignages

Coralie a fait ce long voyage jusqu’aux Philippines pour arriver à CAMELEON le 25 février ! Pendant 5 jours, elle y a donné des cours de danse aux jeunes filles des Maisons d’Accueil avec ses amies de Dance4Children : Lou, Alice et Tamy. BRAVO et MERCI pour cette superbe mission !

Une expérience incroyable qui lui a permis de rencontrer sa nouvelle filleule qu’elle parraine depuis 1 an maintenant. Auparavant, Coralie a aussi été la marraine d’une autre jeune fille qu’elle a accompagnée jusqu’à ce qu’elle vole de ses propres ailes.

Coralie nous raconte…

Ma découverte de CAMELEON

« En 2004, je pars provisoirement vivre en Chine dans le cadre de mes études. Je profite de cette opportunité pour voyager à travers l’Asie du Sud-Est. Et c’est là que je tombe amoureuse des Philippines, pays de toutes les contradictions, où derrière la beauté des paysages se cachent une pauvreté criante et de nombreux abus d’enfants. Je me fais la promesse de revenir sur ces plages, mais aussi de consacrer une partie de mon futur salaire à un projet en faveur des enfants philippins. Fraîchement diplômée, c’est par hasard que je tombe sur la retransmission de l’émission Envoyé Spécial consacrée à l’association CAMELEON. Contact est pris ! Le 6 juillet 2006, je deviens la marraine d’Emy, 10 ans. Ce qui fut un peu le fruit du hasard s’est vite révélé être l’une des meilleures décisions de ma vie.

Emy

Emy a beaucoup de mal à s’exprimer dans ses premières lettres mais se confie de plus en plus ; s’épanouit aussi. Suivre son évolution, tant sur le plan psychologique que physique, à travers ses lettres, ses photos, son dossier scolaire me fait prendre conscience de ce qu’il m’est possible de faire avec pas grand-chose. Et je m’épanouis avec elle. Je pense d’ailleurs qu’elle m’apporte bien plus que ce je lui offre moi-même. Elle devient une jeune fille magnifique et obtient son diplôme. Je suis fière d’elle. Je parraine Emy pendant 10 ans et lui rend visite à 2 reprises. Même si elle est aujourd’hui sortie du programme, nous nous écrivons toujours. Emy, My Sweetheart, fait maintenant partie intégrante de ma vie.

Lyn

(Ce paragraphe est à l’image de Lyn, très spontané !)
En 2016, je deviens l’heureuse marraine de Lyn, 16 ans. C’est lors de mon voyage en février de cette année que je la rencontre pour la première fois et c’est le coup de foudre. Lyn est un concentré d’amour et d’énergie. Tout comme moi, elle est accro aux câlins. Elle nous rebaptise du coup Baby Bear et Mama Bear. Lyn, c’est aussi une artiste multifonctionnelle : chant, danse, dessin, écriture. Pendant mes 5 jours au centre, j’ai droit à ma chanson sur guitare live et à ma petite lettre chaque soir. Et c’est si mignon qu’elle soit si fière que je la dépose à l’école. Les au revoirs sont compliqués mais je sais que je reviendrai et que ce n’est que le début d’une belle et longue histoire !

Dance4Children

Pendant ce court séjour aux Philippines en février 2017, j’ai la chance de rencontrer mes 2 filleules mais également 48 autres merveilleuses filles. Avec mes collègues de l’association belge Dance4Children, nous leur organisons des ateliers de danse. Nous mettons la danse au centre de la reconstruction personnelle des enfants, l’utilisons comme un outil pour améliorer l’estime de soi par le sentiment de croissance des capacités créatives personnelles et par le partage avec les autres. D’un point de vue professionnel, notre mission est un succès. Les filles en redemandent à la fin des cours, répètent en groupe pendant leur temps libre et sont plutôt fières de faire une démonstration de leurs nouvelles chorégraphies à notre fête de départ. D’un point de vue humain, c’est tout simplement magique. L’accueil, les sourires, les surprises, les attentions quotidiennes… Ce fut un bonheur intense pour les membres de Dance4Children que de pouvoir partager ces quelques jours avec ces 49 rayons de soleil à Iloilo.

Parrains, Futurs parrains…

En parrainant un enfant, on ne lui offre pas seulement un soutien financier, on lui donne également de l’espoir et de l’amour (et on en reçoit beaucoup en retour, de l’amour !). Les filles ont les yeux qui brillent quand elles parlent de vous, parrains. Elles sont pleines de réconfort et de motivation en sachant que quelqu’un pense à elles. Elles m’ont toutes parlé avec amour de leurs parrains respectifs, du pays où ils vivaient, de leurs métiers, de leurs lettres. Certaines ont vos photos dans leur petit portefeuille, dans leur cartable ou au-dessus de leur lit. Elles attendent avec impatience la prochaine distribution de courrier afin d’avoir de vos nouvelles. Elles m’ont toutes demandé d’embrasser leurs « titos » et « titas » à mon retour « là-bas »… Je vous transmets donc leur message, encore pleine d’émotion depuis mon retour d’Iloilo… »

Coralie

>>> A votre tour, devenez le parrain ou la marraine d’un enfant et partagez cette expérience exceptionnelle !

Partagez cet article