Julie Rose a une très forte personnalité. Elle s’exprime clairement en regardant droit dans les yeux, ce qui n’est pas le cas de la plupart des jeunes filles de Caméléon. Elle raconte son passé sans gène, la preuve qu’elle l’a maintenant accepté.

Son histoire n’en est pas moins sombre et douloureuse : Julie Rose a été abusée sexuellement par son frère. Par ailleurs, elle appartient à la minorité Aeta, peuple indigène, et de ce fait s’est souvent sentie rabaissée et discriminée. Son viol n’est jamais apparu comme un crime, ni pour elle, ni pour sa famille. En conséquence de quoi, elle ne l’a pas rapporté à la police.

Julie Rose travaillait en tant que domestique chez plusieurs familles afin de financer son éducation puis, un jour, ne supportant plus sa situation familiale, elle s’est enfuie… Elle est arrivée à Caméléon en 2007 et y est restée deux ans.

Ma vie avant…

« Avant Caméléon, j’avais depuis longtemps abandonné mes rêves parce que je savais que je ne pourrais pas les réaliser. Je me sentais vide… et je n’avais pas assez d’argent pour aller à l’école. Alors, en 3e année de lycée, j’ai pensé à me marier, comme les autres filles autour de moi, afin d’avoir un soutien financier. Mais en observant mes amies qui travaillaient dur dans les champs, sous le soleil et la pluie, j’ai décidé d’agir autrement.

J’ai pris conscience que je ne voulais pas de cette vie, et que je préférais continuer mes études et réussir. Je me suis donc enfuie de chez ma tante. J’étais seule, sans nourriture, sans vêtements… J’ai vécu dans la rue.
Une vieille femme m’a aidée, elle m’a emmenée chez elle, m’a nourrie et m’a conduite aux services sociaux. Elle avait connu ce que je vivais. Je ne l’oublierai jamais. On m’a confiée à une famille d’accueil pour un an, puis ils m’ont envoyée chez Caméléon. Sans cette femme et sans Caméléon, je serais restée dans la rue, mendiant pour vivre. Caméléon m’a donné le droit à la vie! »

Mon expérience en maison d’accueil…

« Lorsque je vivais à Passi, dans la maison d’accueil de Caméléon, j’ai beaucoup grandi. J’ai appris à régler mes problèmes, à gérer mon temps et à pardonner. J’ai réalisé que les leçons que l’on tire d’une erreur sont les premiers pas du processus d’apprentissage. Avant, je ne pouvais pas l’accepter, peut-être parce que j’étais trop fière…

Mais Caméléon m’a aidé à m’en rendre compte. J’ai réalisé que je n’étais pas la seule enfant à avoir rencontré ces problèmes et j’ai appris à m’ouvrir aux autres. Aujourd’hui, je peux en parler librement, je me sens plus à l’aise et en sécurité ; je ressens chaque jour l’amour des autres filles et du personnel autour de moi. J’arrive facilement à leur raconter mon histoire, on m’écoute et me conseille. C’était exactement ce dont j’avais besoin: des personnes qui me comprennent et me prennent telle que je suis. Caméléon m’a enseigné l’acceptation et maintenant que j’ai tout pardonné, que j’assume mon passé, je me sens plus en paix. »

Une vie d’indépendance…

« Après 2 ans à la maison d’accueil, j’ai été envoyée dans la résidence étudiante de Caméléon à Iloilo, en mai 2009. Il a de nouveau fallu que je m’adapte. Ca n’a pas été facile de s’intégrer. Ici le planning est différent et je gère seule mon temps. Je suis maintenant très indépendante et j’apprécie. C’est à la fois dur et intéressant : un défi de tous les jours. »

Si Caméléon n’existait pas…

« Caméléon est une maison pour les enfants en besoin d’amour et d’attention. C’est aussi pour les enfants pauvres qui veulent vraiment réaliser leurs rêves mais qui n’en ont pas les moyens. J’ai été l’un d’entre eux. Nous avons tous besoin de liberté et de bonheur et nous avons pu y goûter à Caméléon. Nous avions besoin d’être compris, guidés et c’est le lieu idéal.

Caméléon m’a appris à regarder de l’avant, à voir mon futur. Avant, j’étais facilement déçue. J’avais des rêves mais je savais que je ne pourrai pas les réaliser à cause de ma situation financière, je suis donc devenue très négative. Caméléon m’a aidé à être plus ouverte d’esprit et à poursuivre mes rêves, m’apprenant que je pouvais les réaliser si je prenais au sérieux mes études. »

Ma vie, un succès…

« Aujourd’hui, je sais que j’ai réussi, parce que j’ai eu mon baccalauréat et que je suis à l’université. J’ai même obtenu une mention pour « bonne conduite et bonnes manières ». Caméléon m’a appris à distinguer le bien du mal, ce que je ne savais pas faire avant. On m’a également donné la chance de me connaître moi-même, car je ne savais pas ce dont j’étais capable. Enfin Caméléon m’a appris à respecter Dieu, me montrant combien j’étais chanceuse. Je pense que je suis sur la bonne voie maintenant ».

Julie Rose est une jeune femme très déterminée et ambitieuse. Elle a un rôle de leader et elle assume pleinement ses responsabilités. Elle essaie de faire de son mieux à l’université. Julie Rose semble s’adapter progressivement à sa nouvelle vie d’étudiante citadine.

 

Cameleon Association