CAMELEON utilise le cirque comme un outil thérapeutique dans le processus de reconstruction personnelle et sociale des enfants victimes de violences sexuelles.

→ détourner leur attention sur une activité divertissante.

Pour les enfants de CAMELEON, le cirque apparaît comme un moyen efficace pour éviter de penser à leurs traumatismes. « Pour moi le cirque semble être une thérapie récréative car il empêche notre passé de revenir. » (Eden)

Le cirque permet également aux enfants de l’association de se divertir, il les plonge dans une activité qui leur occupe l’esprit : ne pas s’ennuyer, c’est ne pas avoir le temps de ressasser le passé. « avant je m’ennuyais, maintenant il n’y a plus de mauvais rêves dans mon esprit grâce au cirque » (Dona)

Avec le temps, ces efforts contribuent à ce que les enfants ne pensent plus à leur passé, même en dehors des temps de pratique. « Le cirque (…) a été une thérapie pour moi. Parce qu’à travers le cirque, j’ai oublié de quoi était fait mon passé. » (Lyndie)

→ s’exprimer et évacuer les mauvais sentiments.

Par l’intermédiaire du cirque, les enfants recueillis par l’association expriment, extériorisent et évacuent leur douleur et chagrin. « Parfois je suis en colère, mon esprit est fermé, et quand je fais du cirque, qu’importe l’après que je choisis, mes sentiments vont bien » (Hannah)

Le cirque incarne un potentiel défouloir physique et émotionnel. Les enfants peuvent s’exprimer librement à travers les activités. « le cirque a aussi changé mes émotions. Mes mauvaises émotions, comme d’être en colère ou triste » (Eden)

→ s’amuser, se défouler, lâcher-prise et renouer avec l’enfance.

Lorsque les enfants s’investissent dans le cirque, ils se défoulent et s’amusent. L’espace d’un exercice acrobatique, leur réalité devient un instant de bonheur et d’insouciance, qui ont parfois jamais été vécus ou oubliés. Ce processus thérapeutique consiste à les reconstruire mais aussi à les aider à retrouver leur enfance. « Parce que de temps à autre, tu oublies ces angoisses, tes mauvaises expériences, tu peux ressentir une joie éphémère et soudaine ; parce que quand tu fais du cirque, tu es très concentrée. Tu réalises que tu es en train de t’ouvrir à nouveau, que tu commences à être à nouveau toi-même, exactement comme une enfant ordinaire. » (Antonette)

→ développer des liens sociaux. Découvrir le sens des responsabilités et le travail d’équipe.

En les réunissant autour d’une même activité, le cirque permet aux enfants de se faire des amis, d’intégrer et d’appartenir à un groupe social. Donc de se réadapter socialement. « Avant quand je ne faisais pas de cirque, j’étais triste. J’avais l’impression que je n’avais pas d’amis, que je n’appartenais à rien. Mais alors j’ai commencé le cirque, et j’ai rejoint le groupe, je me suis liée d’amitié avec les autres » (Kim)

Cette considération d’autrui fait naître le sens des responsabilités et des liens de confiance, indispensables à la pratique du cirque qui est une activité collective. Au fur et à mesure, les enfants apprennent à s’entraider, à se motiver et à se soutenir. « ça m’a donné (…) des moments de bonheur avec les filles et aussi avec mes amies qui s’entraînent également » (Ruby)

→ être personnellement valorisée et se réinsérer grâce à la reconnaissance sociale

Ces aptitudes deviennent de nouvelles caractéristiques identitaires valorisantes. Le cirque leur permet ainsi de bénéficier de la reconnaissance des autres et contribue à la réinsertion sociale des enfants au sein de la communauté d’où ils proviennent. « J’ai parlé avec une fille qui se débrouille bien en cirque, et elle m’a dit : « Mon père m’a promis que lorsque je rentrerai à la maison, il me soutiendra.» Elle est en tellement fière et si confiante. Ce qui est surprenant, quand tu considères que cette fille était auparavant le sujet de conversation dans sa communauté parce qu’elle a été violée. Maintenant, elle est ravie d’y retourner afin de se présenter non pas en tant que victime, mais en tant que personne à part entière. » (Dr. Andora, psychiatre à l’association CAMELEON)

→ reconstruire son identité

Grâce au cirque, les enfants retrouvent leur confiance en eux-mêmes, perdue par le passé. Le cirque contribue à leur reconstruction identitaire. « Quand j’ai intégré CAMELEON, j’étais détruite. Ce sentiment d’être si seule, inutile, que tu as été brisée… mais quand tu fais un spectacle de cirque, quand le public tape dans ses mains, quand des personnes m’ont sourie, m’ont félicitée, m’ont dit « Wow, tu es la meilleure, comment as-tu fait ça ? » C’était comme si je me retrouvais mon identité. Et au fond de mon esprit, une petite lueur d’espoir est apparue. Petit à petit, je me suis reconstruite ». (Antonette)

CAMELEON remercie chaleureusement Liesbeth Kiebooms qui a fourni un grand travail de réflexion, dans le cadre de ses études, sur les bienfaits du cirque dans la reconstruction physique et émotionnelle des enfants recueillis à l’association. 

Pour en savoir plus sur l’art du cirque

Pour en savoir plus sur notre action « sport et cirque »