D’après l’ONU, 750 000 pédophiles connectés traqueraient chaque seconde des enfants sur Internet.

Sites de rencontres ou forums pour adolescents, réseaux sociaux, applications et jeux vidéo en ligne, leurs terrains de chasse sont nombreux et leurs techniques bien rôdées. Malheureusement ce phénomène est en pleine expansion, en 10 ans les contenus pédocriminels ont été multipliés par 10 sur Internet !

Le « live streaming » : une menace grandissante pour la jeunesse philippine

Le Darkweb serait le repère de centaines de milliers de ces prédateurs pour rechercher, télécharger et s’échanger des images et vidéos pédopornographiques. Il s’agit d’une partie du web invisible pour les navigateurs classiques, qui requiert des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymat pour pouvoir y accéder. Il donne lieu à de nombreuses activités illégales (vente de drogues ou d’armes, numéros de cartes bancaires volées…), notamment le trafic humain et l’exploitation sexuelle des enfants.

Le « live streaming » est une nouvelle forme d’acte pédocriminel qui s’y développe depuis une dizaine d’années dans le monde et touche de plein fouet les Philippines. Alors que 20% de la population vit sous le seuil de pauvreté, l’accès à Internet y est cependant généralisé avec une moyenne de 4 heures par jour sur les réseaux sociaux. Dans le pays, près de 7 millions d’enfants sont victimes de violences sexuelles chaque année, commises en majorité dans le cadre intrafamilial. Le phénomène des viols à distance représente une menace supplémentaire pour la jeunesse. Pour quelques dizaines d’euros, des pédophiles commandent des agressions et torture d’enfants et de nourrissons, filmées en direct à leur intention !

L’action de CAMELEON aux Philippines

En 2019, la police de Manille a arrêté 30 personnes pour des faits de « live streaming ». CAMELEON agit en matière de plaidoyer, de formation et de coopération internationale. Avec notre partenaire La Voix de l’Enfant, nous travaillons actuellement au déploiement aux Philippines (Iloilo) d’une Unité Médico-Judiciaires spécialisée pour recueillir la parole des enfants victimes. Nous agissons aussi collectivement avec d’autres associations qui luttent contre l’exploitation sexuelle des enfants dans le cadre du réseau Child Rights Network.

Ces sévices sexuels infligés aux mineurs sont souvent perpétrés par les parents des victimes au domicile familial, en toute discrétion. Ils n’ont pas forcément conscience de l’impact traumatique pour leur enfant et des conséquences futures lors de leur vie d’adulte. Des campagnes de sensibilisation et de prévention sont régulièrement organisées auprès des villages et des communautés. Elles sont menées par nos jeunes ambassadeurs des droits de l’Enfant, les Voice of Cameleon’s Children (VCC).

L’action de CAMELEON en France

La France compte 100 000 connexions pour télécharger des contenus pédopornographiques et 165 000 enfants victimes d’agressions sexuelles chaque année. Les jeunes passent plusieurs heures chaque jour devant des écrans, sans surveillance parentale et peuvent être victimes de pédocriminels ou de cyberharcèlement. Un tiers des enfants possède une tablette et 80% des adolescents sont inscrits sur des réseaux sociaux.

Le programme « Actions écoles » permet de sensibiliser les jeunes aux droits de l’Enfant et aux bonnes pratiques numériques. Exposition à la pornographie, sollicitations sexuelles d’adultes, grooming, les risques peuvent être nombreux pour les internautes mineurs. Nous animons des ateliers sous forme de jeux et de débats pour qu’ils soient mieux protégés et aient un comportement responsable sur Internet. En savoir plus.

Nous menons aussi des actions de plaidoyer pour alerter l’opinion publique et faire évoluer les lois car la France est un des premiers pays européens consommateurs de pédopornographie. Le 13 janvier 2020, un pilote de ligne français âgé de 50 ans a été reconnu coupable et condamné à 5 ans de prison après avoir visionné en direct des agressions sexuelles sur des fillettes aux Philippines. C’est la première fois qu’un fait de « live streaming » est condamné sur le territoire et c’est un signal fort du Ministère de la Justice contre ces crimes à distance.

Nous demandons au gouvernement plus de moyens car il y a un cruel manque de ressources au regard de l’ampleur des faits. Les enquêteurs spécialisés dans la lutte contre les cyberviolences sexuelles envers les mineurs ne sont que 13 en France contre 250 agents au Royaume-Uni ou bien 120 agents aux Pays-Bas ! Rattachés à l’OCRVP (Office Central de Répression des Violences faites aux Personnes), ils ont pour mission d’identifier et de localiser les victimes pour les mettre en sécurité, et de rechercher et interpeller les agresseurs.

Vous avez été d’un témoin d’un contenu ou d’un comportement choquant en ligne ? Agissez pour faire d’Internet un espace plus sûr pour les enfants en faisant un signalement à la plate-forme Pharos. Découvrez également notre article sur les ressources utiles en prévention et en cas de problème.

Vous souhaitez soutenir nos actions de prévention, sensibilisation et plaidoyer ? Vous pouvez faire un don, relayer nos publications ou nous contacter pour du bénévolat.

Sources : documentaire « Pédophiles, sur la trace des prédateurs » – M6, Enfants du Mékong, colloque sur les cyberviolences du Centre de Victimologie pour Mineurs.